EducPro (20/7/17) : Pour Philippe Gillet (ex-Dir.Cab Pécresse), la LRU constituait "une évolution inévitable"

Publié le par SLU Orléans

Dix ans après le vote de la LRU (loi relative aux libertés et responsabilités des universités), Philippe Gillet, ancien directeur de cabinet de Valérie Pécresse, revient sur cette loi, qui constituait selon lui "une évolution inévitable". Il rejette par ailleurs la critique d’une "autonomie sans moyens" et estime aujourd'hui que le texte n’est pas allé "assez loin".
Vous étiez directeur de cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, au moment de l'élaboration et du vote de la LRU. Dix ans après la mise en application de ce texte, quel bilan en tirez-vous ? Les résultats sont-ils à la hauteur de vos espérances ?
Je suis forcément un peu déçu. Quand on écrit une loi, on est toujours convaincu qu'elle va changer le système, instaurer de nouvelles dynamiques. Or, le changement est toujours plus lent à advenir. Deux éléments permettent d'expliquer cette lenteur : d'une part, nous ne sommes pas allés assez loin dans l'esprit du texte, d'autre part, la loi a créé de nombreuses opportunités qui n'ont pas été saisies par les établissements. Lire la suite ICI

 

Publié dans LRU : Budget

Commenter cet article